Collège Anne-Marie Martel

Congrégation des sœurs de l'Enfant-Jésus

La congrégation des soeurs de l'Enfant-Jésus assure la tutelle de notre établissement.

http://www.soeurs-ej-amm.net/

L’autorité de tutelle garantit l’authenticité évangélique de l’école. Elle visite régulièrement les établissements. Avec tous, elle veut travailler à l’élaboration et à la mise en œuvre d’un projet éducatif fidèle aux orientations données. L’autorité de tutelle valide le projet éducatif de l’établissement, authentifiant par là son ancrage évangélique et sa fidélité à la mission reçue.

 

Anne-Marie Martel, Fondatrice des Soeurs de l'Enfant-Jésus

Sa vie.

             Née au Puy en Velay le 11 aout 1644, elle est baptisée 2 jours après au Baptistère St Jean. Son père est un haut magistrat de la ville.

             Anne Marie grandit dans un foyer chrétien et reçoit une excellente éducation chez les sœurs de Notre Dame et auprès des prêtres de St Sulpice récemment installés au Puy pour la fondation du Grand Séminaire. Ils sont aussi chargés de la Paroisse St Georges. C’est ainsi que le curé M. Tronson devient le Directeur spirituel d’Anne Marie … et l’envoie en mission auprès des femmes pauvres et malades de l’hôpital du faubourg d’Aiguilhe en 1666.

  Pendant 6 ans et jusqu’à sa mort, elle parcourt les rues de la ville et les chemins des villages environnants pour aller vers les plus délaissés. Elle les instruit et leur fait découvrir les richesses de l’Homme.

 

Son influence.

C’est pour cette tâche d’instruction qu’elle s’est passionnée sans compter. C’était « ce feu qui la dévorait » et qu’elle n’a eu de cesse de communiquer à ses compagnes.

Après sa mort ses compagnes ont accueilli et poursuivi cette même mission. On les appelait alors : « demoiselles de l’Instruction » et « filles de l’Instruction ». Au cours des siècles elles ont donné naissance aux  Béates (petites sœurs des Campagnes) et aux Sœurs de l’Enfant-Jésus.

Notre école.

Le curé de La Rochefoucauld se met en relation avec la Révérende Mère Louise Maisonnoble d’Aurillac car il n’y a plus d’école de fille à La Rochefoucauld. Six religieuses sont désignées pour s’y établir. La supérieure générale déclare alors : « La fondation est commencée ».

C’était le 10 octobre 1857.

Depuis, notre école a toujours su surmonter les guerres, les crises économiques en se consacrant totalement à ses élèves.